mardi 24 mars 2015

La passion d'Augustine


Ce film de Léa Pool est un petit bijou, point à la ligne. Mais je vous préviens, il m’a mis le sens critique à mal.

J’ai rarement une réaction aussi épidermique au cinéma, mais là, j’ai été brutalement ramené 50 ans en arrière. La qualité de la reconstitution y est telle une peinture mouvante et émouvante d’un passé presque oublié et dont les souvenirs n’ont cessé de se rappeler à mon esprit toute la projection durant et qui, à mes yeux, ont donné au film un surcroît de réalisme. J’ignore quelle corde sensible m’a fait vibrer cette oeuvre, mais elle m'a fait l'oeil humide à quelques reprises. Pas aux moments où le film me le proposait cependant, mais à ceux où mes propres souvenirs prenaient le dessus sur l’image devant mes yeux. Pendant presque deux heures, j’ai eu 12-13 ans à nouveau.

La distribution est costaude... Céline Bonnier, irrésistible dans le rôle de cette soeur en plein décoincement, Diane Lavallée et Pierrette Robitaille dans de beaux numéros d’actrice et Lysandre Ménard, formidable jeune pianiste avec une gueule de cinéma en plus.

Et la musique... Belle exécution d’oeuvres classiques exigeantes, une pièce de Listz en particulier. J’ai adoré le soin apporté à révéler le travail des doigts sur le clavier.

Une oeuvre belle, bien faite, bien jouée, une histoire de religieuses qui m’est allée droit au coeur, pourtant férocement athée. Un beau film qui m'a fait oublier ses quelques défauts. - http://www.mediafilm.ca/fr/film-fiche.sn?code=01435799681068501

Aucun commentaire:

Publier un commentaire